L’hypnose jouit actuellement de l’engouement pour les soins alternatifs et les médecines douces. Pratiquée depuis l’antiquité, l’hypnose a traversé les siècles. parfois injustement associée au pratiques de guérisseur elle n’est réellement employée et reconnue en France que depuis quelques années.

L’hypnothérapie consiste à modifier l’état de conscience du patient pour atteindre le subconscient. Pratiquée par des professionnels diplômés, elle soigne de nombreuses pathologies d’origine, notamment, psychosomatique, neurologique et soulage la douleur.

Les personnes désireuses d’en finir avec le tabac se tournent de plus en plus vers l’hypnose pour arrêter de fumer. En quelques séances, la dépendance au tabac disparaît sans qu’ils ressentent le besoin de fumer.

L’efficacité de cette thérapie pour se débarrasser d’une addiction ou de phobies est avérée. L’hypnose réduit l’état de manque. Elle agit contre l’anxiété et régule les états de stress générés par l’appréhension d’une situation ou un choc psychologique consécutif à un traumatisme. Les thérapeutes soulagent et donnent à leurs patients les moyens de traiter par eux-mêmes leurs peurs ou leurs angoisses en leur apprenant à prévenir ces crises.

L’hypnose réduit les états d’anxiété et de dépression engendrés par des maladies neurologiques tels qu’Alzheimer. Dans ce cas, l’hypnose, utilisée comme soin palliatif, n’a pas vocation de guérir, mais de soulager le patient et d’améliorer ses conditions de vie en réduisant la douleur et ses effets sur le mental. Des études ont montré son impact positif chez les grands brûlés ou dans le cadre de soins dentaires. L’hypnose diminue les douleurs chroniques et permet de réduire l’emploi d’analgésiques ou d’anesthésiques lors d’opérations chirurgicales.

Enfin, parmi ses champs d’application privilégiés l’hypnose soigne les troubles de la personnalité. Elle renforce la confiance et l’estime de soi.

A voir aussi :
Qu’est ce que le Plexus solaire ?
Pour quels problèmes l’hypnose peut-elle être efficace ?
Peut-il se produit des « accidents » après une séance d’hypnothérapie ?